Le marc de café

J’ai une copine d’origine arménienne qui a longtemps lu dans le marc de café. Elle était vraiment très douée. C’est sa grand-mère qui lui avait enseigné comment pratiquer et elle avait été bonne élève. Ses résultats, ses prédictions et ses visions étaient étonnants. Généralement, les sentiments, les affaires de cœur étaient le sujet de la lecture du marc de café. Les consultantes étaient plutôt des filles. Et puis un jour, alors qu’une fois de plus elle était censée répondre à des questions sentimentales, elle s’est mise à trembler violemment. Elle avait l’air effrayée. Elle venait de voir la mort dans la tasse. Une mort violente et du noir, des tourments. Elle a immédiatement cessé la séance. Se remettre lui a pris plusieurs heures.

Puis les jours ont passé. Jusqu’à ce coup de fil terrible l’informant du suicide d’un copain, le cousin de la fille qui consultait. Une mort violente au bout d’un désespoir sans fin. Ce jour-là mon amie a décidé de ne plus jamais lire l’avenir dans le marc de café, quelle que soit la demande ou la personne qui le demande. Ce fut la fin pour elle des apprenties sorcières ou des liseuses de bonne aventure.

Pour avoir vécu cet épisode, je peux dire que l’ensemble de l’affaire m’a profondément marquée et que pour moi les lectures du marc de café ne sont pas des folies pour jeunes filles romantiques mais, bien pratiquées, elles servent bel et bien de support à des gens qui ont des donc surnaturels.

Jackie – Tours

Laisser un commentaire